Anémie ferriprive ou anémie apénique de l’acier

L’anémie ferriprive est le type d’anémie le plus courant. On l’appelle aussi anémie sidéropénique (du latin yesderos = fer et penìa = pauvreté) ou anémie martiale. Il s’agit d’un état dans lequel il n’y a pas suffisamment de fer dans l’organisme, ce qui compromet le transport de l’oxygène dans le sang et provoque, entre autres, la fatigue et l’essoufflement.

 

Qu’est-ce que l’anémie ferriprive ?

Le fer est un minéral fondamental pour certaines fonctions biologiques, dont la formation de l’hémoglobine. Lorsqu’il y a un manque de fer, causé par une mauvaise alimentation, des problèmes d’absorption, des pertes sanguines, la production d’hémoglobine est insuffisante et cela conduit à une mauvaise circulation de l’oxygène dans le corps. Elle touche tous les groupes d’âge, principalement les enfants, les adolescents, les femmes en âge de procréer, les femmes enceintes et celles qui allaitent.

 

Quelles sont les causes de l’anémie ferriprive ?

L’anémie ferriprive survient lorsque l’organisme n’a pas suffisamment de fer pour produire de l’hémoglobine. L’hémoglobine est une protéine présente dans les globules rouges qui se lie à l’oxygène et le transporte dans le sang pour nourrir les muscles, tissus et organes. Les causes de la carence en fer peuvent être différentes :

Saignements et saignements. La perte de sang, même si elle n’est pas évidente ou interne, peut entraîner une réduction des niveaux de fer. Ceci se produit fréquemment chez les femmes en âge de procréer, pendant les menstruations. Le saignement peut aussi être occulte, lent et chronique, par exemple lorsque la perte de sang se produit à l’intérieur du corps, en correspondance d’une hernie iatale, d’un polype colorectal, d’un ulcère peptique, pour une tumeur. Faible apport alimentaire. L’anémie peut être causée par un régime alimentaire dans lequel l’apport en fer est considérablement réduit. Il s’agit d’une maladie assez rare, car une alimentation variée permet d’obtenir la bonne teneur en fer, mais elle peut être liée à des troubles alimentaires ou à des régimes trop drastiques.

Faible absorption du fer. Dans certains cas, il peut y avoir des défauts métaboliques qui ne permettent pas une absorption suffisante du fer introduit avec l’aliment. Cela se produit, par exemple, en présence de maladies intestinales chroniques (colite ulcéreuse et maladie de Crohn) ou de maladie cœliaque, dans lesquelles les lésions des villosités intestinales compromettent la capacité à « extraire » le fer des aliments, la diverticulose, les tumeurs du colon et de l’estomac. Grossesse et allaitement. Ce sont des phases critiques pour les réserves de fer, car elles nécessitent un plus grand besoin de fer pour le développement du fœtus.
Chirurgie. Les opérations qui ont entraîné l’ablation ou le contournement de parties de la trompe intestinale peuvent réduire la capacité d’absorption du fer.

Quels sont les symptômes de l’anémie ferriprive ?

Les symptômes de l’anémie ferriprive évoluent avec le temps. Au début, ils peuvent être légers, car l’organisme est alimenté par les dépôts de fer présents sous forme de ferritine. Lorsque la carence persiste, les symptômes s’intensifient et peuvent se manifester :

  • fatigue et faiblesse extrêmes (asthénie)
  • pâleur
  • irritabilité
  • casse-tête
  • insomnie
  • souffle court et essoufflement
  • douleur thoracique
  • étourdissements et étourdissements
  • mains et pieds froids
  • ongles fragiles
  • chute de cheveux
  • accélération du rythme cardiaque
  • gorge brûlante
  • faible appétit
  • picotement dans les jambes

Comment prévenir l’anémie ferriprive ?

La prévention est très importante pour éviter l’anémie ferriprive. Une alimentation variée doit être suivie, y compris des aliments riches en fer comme la viande rouge, le porc, les légumes à feuilles vertes, les fruits secs, le poulet, les fruits de mer et les haricots. Ces aliments peuvent être accompagnés d’aliments riches en vitamine C qui améliorent l’absorption du fer. Une attention particulière devrait être accordée aux enfants, aux femmes enceintes et allaitantes.

Laisser un commentaire