La technologie est trop importante pour être laissée aux hommes seuls

Il est bien connu que le secteur technico-scientifique ne se distingue pas par une forte présence féminine. Récemment, une recherche de CA Technologies nous a donné une énième confirmation, mais aussi l’occasion d’élaborer des réflexions intéressantes et de nouvelles propositions.

L’étude confirme ce que nous savons tous : la faible présence des femmes dans le domaine technico-scientifique. La raison, selon 72 % des gestionnaires des ressources humaines interviewés, est la pénurie de diplômés dans les disciplines STIM (sciences, technologie, génie et mathématiques). Cependant, les mêmes managers (83%) sont d’accord pour dire que la présence des femmes dans les équipes de développement peut être une valeur ajoutée et avoir un impact positif sur l’activité de l’entreprise. En particulier, parce que les femmes acquièrent des compétences non techniques spécifiques considérées comme stratégiques dans le domaine du développement et de l’innovation, telles que la résolution de problèmes, l’ouverture au changement et l’agilité de la pensée latérale.

Des raisons similaires motivent la première ouverture significative que l’enquête met en évidence : la demande croissante de profils humanistes dans les équipes de recherche traitant de Big Data, d’intelligence artificielle ou de robotique. Excellentes occasions d’impliquer des filles aux intérêts hétérogènes, qui ont terminé des études plus traditionnelles en sciences humaines. D’où l’acronyme STEAM : Science, technologie, ingénierie, arts et mathématiques.Mais la réflexion ne peut s’arrêter là : ce serait comme dire que les femmes ne peuvent contribuer au développement technologique que par un regard latéral et créatif, subordonné à des compétences techniques et spécialisées.

Laisser un commentaire